Lutte contre la désertification médicale en zone rurale : L’Etat accompagnera avec une attention particulière le projet de maison de santé de Liffol-le-Grand

 Christian FRANQUEVILLE, Député des Vosges, est intervenu ce matin, en séance publique dans l’hémicycle, pour interpeller la Ministre des Affaires sociales et de la Santé Marisol TOURAINE, au sujet de la prochaine révision du périmètre géographique des zones déficitaires médicales

Rappelant d’une part que l’Ouest Vosgien connait depuis 2015 une période très difficile et inquiétante pour la population avec une dizaine de médecins qui ont cessé leur activité ou on quitté le territoire, et d’autre part que dans les 2 années à venir, de nouvelles cessations d’activité étaient attendues, il a dressé le constat d’un territoire – pour reprendre un terme médical – véritablement carencé.

Parce que le nombre de praticiens est très insuffisant au regard d’un bassin de vie de 35 000 habitants, et parce qu’il n’est aujourd’hui pas tolérable pour ses Concitoyens de constater que des villes ou régions entières sont saturées de services médicaux, quand le leur en est cruellement dépourvu, il a plaidé pour l’inscription du secteur de Neufchâteau, Châtenois et Liffol-le-Grand dans le zonage médical déficitaire à venir.

Montrant du doigt le manque de cohérence entre la volonté de l’Etat de lutter contre la désertification médicale en zone rurale et sa réticence à valider le dossier de la maison médicale à Liffol-le-Grand, alors même que ce projet vise justement à enrayer ce déclin, le Député de la Plaine a de plus tenu à exprimer la difficulté rencontrée sur le terrain par les communes rurales, malgré toute la volonté et le dynamisme des élus, pour qui attirer et faire venir un praticien est aujourd’hui devenu un vrai parcours du combattant.

Dans sa réponse, la Ministre a d’abord tenu à saluer « l’engagement du Député au quotidien sur les questions relatives à la santé de ses Concitoyens » de la Plaine des Vosges et la qualité de l’offre de soins dans notre département.
Elle a ajouté que grâce aux effets du Pacte Territoire-Santé lancé en 2012, 17 maisons de santé pluri-professionnelles avaient d’ores et déjà vu le jour dans les Vosges, avec deux autres projets qui seront finalisés au cours de l’année 2017, et ce bien que le département des Vosges connaisse une densité médicale moins élevée que la moyenne française.

De plus, suite à la création d’un statut de praticien territorial de médecine générale, également issu des mesures du Pacte Territoire-Santé et qui s’adresse aux jeunes médecins non encore installés ou installés depuis moins d’une année, 6 médecins se sont installés en zone sous-dense dans les Vosges.
Concertant l’identification des zones sous dotées en termes d’offre de soins, c’est selon le Gouvernement dans le courant février que va débuter le travail de concertation entre l’Etat, représenté par l’Agence Régionale de Santé et, dans les Vosges, par la Délégation territoriale départementale, et les acteurs de terrain.
Ce travail de révision du zonage médical déficitaire sera suivi d’un arrêté rédigé par les directeurs généraux des Agences régionales de Santé, qui permettra aux nouveaux territoires identifiés comme prioritaires de bénéficier immédiatement des aides à l’installation.

S’agissant, enfin, du projet de maison de santé de Liffol-le-Grand, la Ministre s’est exprimée ainsi : « je peux vous assurer que ce dossier sera accompagné avec une attention toute particulière, notamment pour soutenir l’indispensable investissement du corps médical dans ce projet », en ajoutant « garantir un accompagnement actif de la Délégation départementale des Vosges de l’ARS avec les professionnels de santé sur le terrain ».
Recevant avec satisfaction cette réponse, Christian FRANQUEVILLE a tenu à saluer le travail de fonds mené sur ces problématiques par la Délégation départementale des Vosges de l’ARS et les élus locaux, en lien avec la Sous-préfecture de Neufchâteau.

Lien vers la vidéo de la question à la Ministre de la Santé : https://youtu.be/5ndovsT27gY