Ils écrivent :
«ce mardi matin à 8h15 sur Europe 1, les informations suivantes sont parvenues aux auditeurs : Hollande et le PS ont décidé de diminuer la taxe de visa pour les étrangers qui était de 110 euros pour la ramener à 50 euros. »

FAUX car :

Le montant du droit de visa est INCHANGÉ depuis 2012.
Il suffit de se référer à la documentation de l’Office français de l’immigration et de l’intégration (OFII) qui indique que l’article 42 de la loi n°2012-1509 du 29 décembre 2012 a effectivement remplacé le montant « 110 » par le montant « 50 » mais de quoi s’agit-il ?
Pour le savoir, il faut se reporter à l’article L311-13 du Code de l’entrée et du séjour des étrangers et du droit d’asile qui dit que « l’étranger qui est entré en France sans être muni des documents et visas exigés […] ou qui […] n’a pas été muni d’une carte de séjour, acquitte un droit de visa de régularisation d’un montant égal à 340€, dont 50€, non remboursables, sont perçus lors de la demande de titre ».

–> Ce qui a été modifié, c’est la part non remboursable du « droit de visa de régularisation » qui est perçue lors de la demande de titre (qui passe de 110€ à 50€) mais la somme globale à acquitter reste toujours 340€ !

Statut juridique des résidences mobiles : aucun changement depuis 2012.

Le mail évoque aussi le changement du statut juridique des résidences mobiles terrestres occupées à titre d’habitat principal qui produiraient désormais les effets attachés au logement ; la comptabilisation des aménagements réalisés par les Communes pour l’accueil des gens du voyage dans les logements locatifs sociaux (ce qui permet aux Communes d’atteindre plus vite leur seuil obligatoire de logements sociaux) ; la suppression de l’obligation de rattachement de 3 ans avant de pouvoir s’inscrire sur les listes électorales ; ou encore une compensation de la perte de recettes par une taxe additionnelle sur le tabac.

Le lien Internet, vers lequel renvoie le mail, fait apparaître une proposition de loi déposée le 31 juillet 2012 par Pierre HERISSON, Sénateur UMP de Haute-Savoie.
La proposition de loi n’était pas socialiste mais UMP.
En fait, cette proposition de loi (PPL) n’a jamais été examinée par le Sénat et comme Pierre HERISSON n’est plus sénateur depuis 2014, sa proposition de loi est devenue »caduque » et ne sera jamais discutée au Parlement.